PARTAGER

L’année de césure est une formule permettant d’interrompre pendant un an ses études soit pour effectuer un long stage en entreprise, soit pour partir à l’étranger, ou encore pour faire partie d’un projet humanitaire ou même développer un projet personnel. Cette figure reste pourtant assez méconnue mais pour changer cela, il suffit juste de faire le point, ce qui est l’objet de cette série d’articles sur l’année de césure, qui commence avec cet article, visant à éclaircir comment ça marche.

Année de césure : davantage plébiscitée par les écoles de commerce

La très grande majorité des ESC proposent déjà cette « coupure » d’un an et certaines l’ont même imposée en milieu de cursus, soit après les 3 semestres de tronc commun et avant les 3 semestres de spécialisation. Dans ce cas, son rôle est important car elle sert à confirmer (ou à remettre en question) le choix d’orientation des étudiants.

Le dispositif est moins répandu dans les écoles d’ingénieurs, car la Commission des titres d’ingénieurs  considère que « l’allongement de la durée des études d’un an est préjudiciable à l’intérêt des diplômés ». Pourtant, les faits reflètent que dans la plupart du temps, les étudiants optent pour des stages en entreprise et si possible à l’étranger, notamment sous forme de deux stages de six mois, face aux formules plus longues. En revanche, attention, car si l’école propose une année de césure, les places sont limitées donc il faudra postuler à l’avance et attendre une réponse positive. En effet, chaque établissement dispose d’une procédure unique pour accepter les années de césure ou pas, ainsi que leur propre planning et calendrier, et dans tous les cas, il est impossible de profiter de ce « break » sans avoir le consentement de l’établissement, qui doit s’engager à l’avance à réintégrer l’étudiant à son retour.

Une expérience qui ne convient pas forcément à tout le monde

Les motivations pour s’engager dans une année de césure varient d’un étudiant à l’autre, cependant plusieurs raisons reviennent souvent, tel que l’idée de vivre une expérience à l’international ou encore la confusion de ceux qui cherchent mais n’ont toujours pas trouvé leur voie, de ceux qui ont un projet défini en tête et souhaitent acquérir de l’expérience dans le domaine visé ou ceux qui souhaitent employer l’année de césure en se consacrant à d’autres projets qui les tiennent à cœur, comme le bénévolat parmi d’autres.

Toutefois, cette expérience ne convient pas forcément à tout le monde et pour cause. Se retrouver seul à l’étranger pour une première expérience professionnelle peut s’avérer dur. Il est nécessaire donc d’avoir une certaine maturité, car un élève considéré comme immature ou inexpérimenté peut se voir refuser son année de césure.

Pour savoir pourquoi se lancer dans une année de césure et comment le faire, lisez la suite dans le prochain article !

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE